Information Coronavirus COVID-19

Depuis janvier 2020, une épidémie de Coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) s’est propagée depuis la Chine. Les mesures mises en œuvre pour lutter contre le Coronavirus évoluent depuis en fonction de l’évolution de la situation.

La situation pour l’enseignement supérieur et la recherche 

Suite à une série de mesures annoncées par le Président de la République le 12 mars 2020, tous les établissements d’enseignement supérieur (universités et grandes écoles, classes préparatoires, STS, publics ou privés) ont cessé de recevoir des usagers dans le cadre de leurs activités de formation, depuis le lundi 16 mars 2020 et jusqu’à nouvel ordre.
Suite aux annonces faites par le Président de la République le 13 avril 2020, le confinement strict a été prolongé jusqu’au lundi 11 mai. Un plan de déconfinement progressif a pris effet à cette date selon les modalités annoncées par le Premier ministre dans son discours devant l’Assemblée nationale du mardi 28 avril. La seconde phase du déconfinement débute le 2 juin, comme l’a annoncé le Premier ministre lors de son discours du 28 mai. A compter du 2 juin, les établissements pourront progressivement reprendre un nombre limité de leurs activités sur site. Ces activités excluent toute formation initiale et privilégient autant que possible le télétravail.

Étudiants, pour en savoir plus, rendez-vous sur la FAQ du site étudiant.gouv.fr ainsi que sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
A la lumière de l’évolution de la situation sanitaire sur le territoire national et après avoir échangé avec la conférence des présidents d’université, la conférence des grandes écoles et la conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs, le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont décidé de réviser le calendrier ainsi que les modalités d’organisation des concours nationaux prévus au printemps 2020, avec pour priorités de préserver la santé des étudiants et de garantir l’égalité de traitement de l’ensemble des candidats.
Concernant Parcoursup, la crise sanitaire liée au Covid-19 n’en modifie pas à ce stade le calendrier. Vœux, procédure et accompagnement, épreuves de sélection : consultez la FAQ consacrée à Parcoursup.
Concernant le fonctionnement des services du Crous de Paris (bourses, action sociale, restauration, logement, vie de campus), rendez-vous sur le site du Crous pour connaître toutes les modalités pratiques.
Divers dispositifs de soutien aux étudiants ont par ailleurs été mis en place à Paris ; en voici une liste sur le site de la Mairie de Paris.

Les activités administratives ainsi que celles des laboratoires de recherche ont été autant que possible maintenues durant le confinement afin de permettre la continuité pédagogique et la poursuite des activités de recherche. Face au COVID-19, l’enseignement supérieur et la recherche française ont été et restent donc très mobilisés.

Informations relatives à la situation sur le territoire national

Plus généralement, face à la progression du virus, le Président de la République a décidé, le 16 mars 2020, de prendre des mesures pour réduire à leur plus strict minimum les contacts et les déplacements. Un dispositif de confinement strict a été mis en place sur l’ensemble du territoire entre le mardi 17 mars 2020 et le 11 mai 2020. Depuis cette date, le confinement est levé progressivement, avec des règles adaptées selon l’évolution de la situation sanitaire, en commençant par une réouverture étalée dans le temps des crèches, écoles, collèges et lycées.

Le déconfinement, préparé en surveillant tous les indicateurs pour vérifier, département par département, l’évolution de l’épidémie, est ainsi en cours depuis le 11 mai, selon les modalités annoncées par le Premier ministre dans son discours du 28 avril 2020 devant l’Assemblée nationale.

Chacun peut ainsi, de nouveau, circuler sans attestation. A compter du 2 juin, qui marque l’entrée dans la 2e phase de déconfinement comme l’a annoncé le Premier ministre lors de son discours du 28 mai, il est mis fin à l’interdiction des déplacements à plus de 100 km de son lieu de résidence.

C’est aussi à partir de cette date que les établissements d’enseignement supérieur peuvent progressivement reprendre un nombre limité de leurs activités sur site. Ces activités excluent toutefois toute formation initiale et privilégient autant que possible le télétravail.

La troisième phase de déconfinement débute à partir du 22 juin et prévoit notamment une réouverture totale des crèches écoles et collèges.

Pour prendre connaissance de toutes les modalités relatives à la stratégie nationale de déconfinement – liste des commerces ouvrant de nouveau leurs portes, services de nouveau accessibles, pratique du sport, etc. – rendez-vous sur cet espace dédié.

#Déconfinement

Consignes sanitaires

Le ministère des Solidarités et de la Santé actualise ses recommandations régulièrement pour protéger votre santé et vous recommander les bons gestes à adopter face au Coronavirus COVID-19 ; retrouvez toutes les réponses officielles aux questions que vous vous posez et les recommandations pour votre santé sur la plateforme du gouvernement.

Face à l’infection, il existe des gestes simples pour se protéger, on les appelle les gestes barrières :

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
  • Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts
  • Se distancier d’au moins un mètre de chaque autre personne autour de soi

Si j’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au COVID-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation.

Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU- Centre 15.

Qui est considéré comme une personne « à risque » ?

  • les personnes âgées de 70 ans et plus ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée, une insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
  • les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise (médicamenteuses : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive, infection à VIH non contrôlé avec des CD4 <200/mm³, consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souche hématopoïétiques, atteints d’hémopathie maligne en cours de traitement, présentant un cancer métastasé) ;
  • les malades de cirrhose au stade B au moins ;
  • les femmes enceintes à partir du 3eme trimestre de grossesse ;
  • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40kg/m²)

Pour savoir précisément quel comportement individuel adopter face au Coronavirus, rendez-vous sur la plateforme du gouvernement.

Dois-je porter un masque ?

Le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres. Il ne se substitue en aucune manière au respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale.

Retrouvez toutes les informations sur l’utilisation, l’entretien et l’approvisionnement des masques grand public sur cette page dédiée.

Plus d’informations

La situation étant évolutive, vous pouvez vous informer sur :

Numéros utiles

Un numéro vert répond à vos questions sur le Coronavirus COVID-19 en permanence, 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000.

Si vous avez des difficultés pour entendre ou parler par téléphone en raison d’un handicap, vous pouvez vous rendre sur l’espace de contact ouvert dédié aux personnes sourdes, malentendantes ou aveugles.

Vous pouvez également vous tenir informé sur le compte du Gouvernement sur WhatsApp en cliquant ici, ou en enregistrant le numéro « 07 55 53 12 12 » au nom de Gouvernement puis en envoyant à ce contact un message sur l’application pour commencer la discussion.

Attention, la plateforme téléphonique et le bot WhatsApp ne dispensent pas de conseils médicaux.

Si j’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au COVID-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation. Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU (15) ou j’envoie un message au numéro d’urgence pour les sourds et malentendants (114).

Numéros d’urgence et d’écoute : 

En cas de danger immédiat : 17
Violences sur les enfants : 119 (ou sur le site internet allo119.gouv.fr)
Violences conjugales : 3919 (ou sur le site internet arretonslesviolences.gouv.fr)
Plateforme nationale d’appui médico-psychologique pour tous les professionnels de santé : 0800 73 09 58 (n° vert)

J’habite à l’étranger, qui appeler ?

L’Ambassade et consulat de votre lieu de résidence est à votre disposition pour répondre à l’ensemble de vos questions. Par ailleurs, le ministère met à jour régulièrement son site de conseils aux voyageurs.

  • Partager
  • Icon Facebook
  • Icon Twitter
  • Icon Linked In
  • Icon Google