Albert II de Monaco fait Docteur Honoris Causa en Sorbonne

Gilles Pécout (à gauche), S.A.S. Albert II de Monaco et Jean Chambaz lors de la cérémonie de remise du DHC au souverain en Sorbonne.

Mardi 21 mars 2017, S.A.S. le Prince Albert II de Monaco a reçu, dans le Grand Salon en Sorbonne, ses insignes de Docteur Honoris Causa de l’université Pierre et Marie Curie. Un titre qui vient honorer l’engagement exceptionnel de ce chef d’État dans la défense de l’environnement et perpétuer la tradition de liens anciens tissés entre la famille Grimaldi et l’enseignement supérieur et la recherche à Paris et en France.

La cérémonie, qui a rassemblé un public nombreux composé de hautes personnalités, de professeurs et d’élèves français et monégasques, s’est ouverte sur l’entrée en musique – La Péri de Dukas puis La Marche pour la cérémonie des Turcs de Lully – du cortège académique.

Le Prince Albert 2 de Monaco entre dans le Grand Salon accompagné du cortège académique lors de la remise de son DHC.

Le Prince entre dans le Grand Salon accompagné du cortège académique.

Gilles Pécout, recteur de la région académique Île-de-France, recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités a ensuite, dans son adresse de bienvenue, rappelé les liens historiques « entre engagement savant et défense des grandes causes communes » qui unissent la Maison du Prince de Monaco à la Sorbonne avant de lui remettre la Grande Médaille de la Chancellerie des universités de Paris.

Gilles Pécout (à gauche) et S.A.S. Albert II de Monaco montrant la Grande Médaille de la Chancellerie à l’assemblée lors du DHC du souverain.

Gilles Pécout (à gauche) et S.A.S. Albert II de Monaco montrant la Grande Médaille de la Chancellerie à l’assemblée.

Comme le veut la tradition, c’est au terme d’un vibrant éloge, prononcé par Jean Chambaz, président de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC), que le chef d’État monégasque a reçu ses insignes de Docteur Honoris Causa.

Par cette distinction, l’UPMC rend hommage au Prince Albert II de Monaco, honorant ainsi ses engagements écologiques pour la sauvegarde de la Planète. Ce titre est l’un des plus prestigieux décernés par les universités françaises, créée en 1918 pour honorer « des personnalités de nationalité étrangère en raison de services éminents rendus aux sciences, aux lettres ou aux arts, à la France ou à l’université » et dont le Président Thomas Woodrow Wilson fut le premier chef d’État récipiendaire.

Le Prince Albert 2 de Monaco lors de son discours de remerciement durant sa remise de DHC.

Le Prince lors de son discours de remerciement – on peut voir l’épitoge, symbole de son titre de docteur honoris causa sur son épaule gauche.

14e souverain de la principauté de Monaco, le Prince Albert II est en effet, à l’image de son aïeul Albert Ier, « bienfaiteur, mécène éclairé de l’université de Paris qu’il dote à deux reprises en 1906 et en 1913, véritable promoteur du campus de la montagne sainte Geneviève qu’il enrichit de trois instituts » comme l’explique Gilles Pécout, un prince engagé. Engagé tout particulièrement pour la protection de l’environnement et le développement durable, multipliant les actions de sensibilisation du public d’un pôle à l’autre du globe.
Il crée ainsi, en juin 2006, la fondation Prince-Albert-II-de-Monaco qui travaille autour de trois axes principaux : les dérèglements climatiques, la biodiversité et l’eau. Cette fondation soutient depuis des années la recherche menée au sein des observatoires océanologiques de Banyuls et Villefranche de l’UPMC, qui ont joué un rôle majeur dans l’émergence de la biologie marine et de l’océanographie en Europe.
En janvier 2009, il soutient l’initiative de scientifiques sur l’acidification des océans à travers la « Déclaration de Monaco », qui est à l’origine en 2010 de la Monaco Blue Initiative. Fin 2011, le secrétaire général des Nations-Unies lui confie la préparation du volet « océans » de la conférence de Rio+20. Il travaille ensuite avec le GIEC, sur le rapport spécial Océan, au sein duquel les équipes de l’UPMC jouent d’ailleurs un rôle majeur, qui a amené l’université à être choisie comme second site d’accueil avec l’UNESCO de la conférence scientifique internationale de juillet 2015 préparant la COP21.
C’est cette vie d’engagements qui vaut aujourd’hui au Prince Albert II de Monaco le titre de Docteur Honoris Causa de l’université Pierre et Marie Curie.

Une distinction hautement symbolique car elle est, comme l’explique Gilles Pécout, la réaffirmation de «  la volonté de notre communauté scientifique et académique d’honorer un personnage insigne, et en son nom, un État proche avec lequel nous partageons une histoire des savoirs, une histoire commune. ».

Plaques commémorative dans le grand Hall de la Sorbonne rappelant les dons fait par Albert 1er de Monaco.

Une des deux plaques commémoratives dans le grand Hall de la Sorbonne rappelant les dons fait par Albert 1er.


Retour en images

Doctorat Honoris Causa d'Albert II Prince de Monaco en Sorbonne
  • Partager
  • Icon Facebook
  • Icon Twitter
  • Icon Linked In
  • Icon Google